Force Républicaine

Propositions faites à E. Macron sur un Islam de France : Réaction de B. Retailleau

Je suis particulièrement inquiet suite aux dernières informations sur le projet d’«Islam de France» d’Emmanuel Macron. Non seulement un Islam de France ne protègera pas les Français de l’islam radical mais il risque de fragiliser le pacte républicain.

Les Français ne seront pas protégés car ce n’est pas en créant depuis l’Elysée de nouvelles structures pour l’islam que nous ferons reculer l’islamisme sur le terrain. Ce n’est pas en instaurant une taxe halal que nous mettrons fin à la « halalisation » de nombreux quartiers. Cette approche technocratique nous détourne des vrais combats à mener, comme l’expulsion des individus les plus dangereux, la fermeture immédiate des mosquées salafistes ou le renforcement des sanctions sur le port de la burqa dans l’espace public. Ainsi, après que Christophe Castaner ait comparé le voile islamique aux fichus de nos grands-mères, le macronisme fait preuve une nouvelle fois d’une légèreté coupable au risque d’ébranler les fondements de notre République laïque.

Car en s’ingérant dans l’organisation et la gestion du culte musulman, l’Etat fragiliserait encore un peu plus le principe de laïcité : c’est aux musulmans eux-mêmes de réformer l’islam, pas à la République. Je mets donc en garde le président de la République, qui le 9 juillet dernier avait déclaré devant le Parlement vouloir donner un cadre et des règles à l’Islam. L’institutionnalisation d’un Islam de France serait dangereuse car elle conduirait l’Etat à s’occuper de ce qui ne le regarde pas et fragiliserait le principe de laïcité. En impliquant la République dans la création d’une taxe halal ou d’une nouvelle association musulmane, Emmanuel Macron franchirait cette ligne. Cela, nous ne pouvons l’accepter.

Aussi, Force Républicaine présentera dans les jours qui viennent ses propositions, issues du travail que nous avons engagé depuis plusieurs mois. Sur cet enjeu majeur, les Français attendent d’abord que l’Etat assurent leur protection et la cohésion nationale.

Bruno Retailleau